Sa peinture la plus célèbre (Tête-crâne sans titre) – Jean Michel Basquiat

Sa peinture la plus célèbre (Tête-crâne sans titre) - Jean Michel Basquiat

Artiste américain non-conformiste, Jean Michel Basquiat (1960-1988) était un peintre peu orthodoxe. Il a commencé sa carrière en tant que graffeur dans les rues de New York pour finalement devenir une figure de proue de la scène artistique «néo-expressionniste». Des formes animées et inanimées dans des représentations plutôt violentes, avec une force d’émotions brutale, caractérisent le «néo-expressionnisme». Dans cette optique, des schémas de couleurs scandaleux et des expressions grotesques faisaient également partie intégrante des œuvres de Basquiat. En 1981, l’artiste a créé sa première œuvre majeure, “Untitled Head”, qui est également devenue l’une de ses plus belles peintures.

“Untitled Skull” est une œuvre de divers médias et acrylique sur toile, encadrée dans un cadre de 81 “X 69,3”. Il présente une tête humaine, qui est plus proche dans la représentation d’un crâne, maintenue en place à l’aide de nombreux points de suture. La tête est représentée cassée à plusieurs endroits, les dents, près de l’œil gauche et vers l’arrière du crâne. “Tête sans titre” ne suit pas un ton uniforme pour la peau ou les os. Il est plutôt adapté à un motif sombre dans des couleurs brutes, comme pour indiquer la pourriture et la décomposition. Ces caractéristiques lui donnent une apparence de «Folk» ou «Tribal Art». L’aspect le plus remarquable de “Untitled Skull”, ce sont les yeux qui regardent vers le sol, tout en capturant le désespoir de la “tête” avec une grande finesse. La combinaison même des yeux tristes et des dents cassées est capable de signifier un mélange de tristesse et de peur, cette pièce a l’intention de transmettre.

Le fond de “Untitled Head” est une abstraction en bleu, orange, rouge et blanc. Cette pièce de «Skeleton Art» est un exemple classique du rythme effréné, de la spontanéité et du style expérimental de Jean. En raison de son implication dans les graffitis au début de sa carrière, Jean Michel avait développé un sentiment d’exécution urgente (pour éviter d’être pris par la police), qui s’est également glissé dans sa “Tête sans titre”. Il est également question de savoir si tant d’œuvres de Basquiat souffrent d’une crise d’identité, sans titre. En regardant de près “Crâne sans titre”, un fait intéressant émerge. Près du haut de la toile, certains mots sont gribouillés en gras, «tête de» et le nom qui a suivi ces mots a ensuite été marqué. Cela devient encore plus intrigant à la lumière de la croyance que la plupart de ces «têtes» étaient des autoportraits de Jean Michel. Il semble qu’en raison de leur représentation, il n’était pas à l’aise avec l’idée de s’identifier à eux.

En dépit de son attrait «choc» et de son impression déconcertante, «Untitled Head», comme la plupart des autres œuvres de Basquiat, avait une valeur commerciale phénoménale, commandant un prix stupéfiant de 19 000 $ en 1984, deux ans seulement après que son prix initial avait été évalué à 4 000 $.

Source by Annette Labedzki

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.