Comment étirer une peinture sur toile à l’aide de barres de civière de cadres photo

L'art de Frida Kahlo et Cindy Sherman

L’étirement d’une peinture sur toile est assez facile lorsque vous suivez quelques étapes simples. Lorsqu’une peinture a été réalisée sur une toile bon marché ou sur un autre matériau de mauvaise qualité, il est préférable de demander des conseils de cadrage photo professionnels, car étirer certaines images est difficile et gênant. Dans cet article, vous apprendrez comment étirer une peinture sur toile, comment choisir et couper un cadre de civière et comment terminer la peinture étirée afin de pouvoir l’accrocher pour l’afficher.

Au fil des siècles, les artistes ont choisi diverses surfaces à peindre, allant des murs en plâtre brut, des panneaux en bois, du papier et des tissus. Lorsqu’un artiste peint sur des tissus, il est habituel de préparer d’abord la toile avec un apprêt. Les couches d’apprêt sont très importantes lorsqu’il s’agit de fournir non seulement la bonne surface pour accepter la peinture, mais également de fournir un support durable qui ne se détériorera pas facilement.

Comme un bref aperçu pour vous aider à comprendre la nature d’une peinture sur toile, les étapes de préparation d’une toile traditionnelle sont les suivantes.

La première étape a été de choisir un tissu adapté. Les artistes ont préféré utiliser le lin par rapport aux autres tissus en raison de sa construction fibreuse solide et de sa stabilité. La toile de coton était un mauvais deuxième choix lorsque le lin n’était pas disponible. le tissu était traditionnellement enduit d’une couche d’apprêt à base de colle animale ou de colle perlée. Ces colles sont fabriquées à partir de matières gélatineuses extraites de peaux de lapin et d’autres produits d’origine animale. L’objectif du dimensionnement était de recouvrir chaque brin du tissu d’une couche qui, une fois sèche, scellerait et protégerait le tissu.

La deuxième étape consistait à faire un mélange de colle de peau de lapin mélangée à du plâtre mort et du merlan ou de la craie. Le plâtre mort est fabriqué en remuant le plâtre de Paris avec de l’eau pendant environ une demi-heure. Lorsque vous mélangez du plâtre au-delà de sa durée de prise, vous modifiez la structure cristalline, l’empêchant de sécher et de durcir comme le plâtre traditionnel, donc le plâtre mort. Le plâtre mort a une structure différente de celle du merlan qui est ajouté à la colle pour faire le gesso de l’artiste.

Le mélange chauffé de colle, de merlan et de plâtre mort a ensuite été appliqué à la surface du tissu prédimensionné. Plusieurs couches sont appliquées en couches successives et alternées pour former une surface lisse et dentelée qui accepte la peinture. L’astuce pour appliquer le gesso était d’appliquer un calque, puis d’attendre qu’il perde son aspect brillant avant d’appliquer le calque suivant. Après plusieurs couches, la toile a été mise à sécher.

Les artistes faisaient souvent cette préparation au tissu après l’avoir tendu sur un cadre de support.

Le tissu avait d’abord été étiré sur une barre effilée appelée barre de civière.

Il est important lors de l’étirement de tableaux que vous choisissiez une barre de civière appropriée qui a une lèvre surélevée arrondie ou un profil biseauté effilé.

Si vous utilisez simplement un morceau de bois plat pour votre cadre de civière, vous créerez des problèmes dans la peinture plus tard en provoquant une ligne d’impression où le bois touche l’arrière de l’image.

Les artistes modernes achètent souvent des toiles et des toiles d’artiste pré-apprêtées qui ont un revêtement synthétique gesso sur leur surface. Du point de vue de la conservation, il est même acceptable d’utiliser des tissus en polyester synthétique plutôt que du lin ou de la toile. Ces synthétiques sont plus stables et durables que certains des tissus organiques.

Un gros problème concerne les pays en développement où les artistes ne sont pas en mesure d’obtenir des supports de qualité. Je rencontre souvent des peintures réalisées sur des draps en coton, des sacs en toile de jute et des bâches. Ces derniers présentent chacun des défis différents lorsqu’ils tentent de les rendre présentables.

Fondamentalement, pour étirer une toile qui a déjà été peinte, il est nécessaire de déterminer si les fixations ou les agrafes que vous utiliserez iront d’abord sur le côté ou à l’arrière de la civière.

Le processus d’étirement d’une toile implique soit de couper et de joindre certaines longueurs de barres de civière dans un cadre, soit d’acheter des pièces de civière fendue prédécoupées dans un magasin d’art.

Les coins fendus sont constitués d’un joint de tenon coulissant qui vous permet de tendre davantage la toile après l’étirement sur les barres. Il existe plusieurs méthodes pour réaliser des coins réglables afin de permettre d’appliquer davantage de tension à la toile en élargissant les coins.

REMARQUE: Si vous utilisez une variété de barres de civière à fentes, assurez-vous de l’avoir au carré avant d’étirer votre toile, sinon la peinture sera tordue. Mesurez les diagonales pour vérifier l’équerrage. Si le cadre est parallèle et la diagonale égale, alors il est carré.

La peinture est ensuite positionnée sur le cadre de la civière avec la lèvre ou le côté effilé de la civière touchant l’arrière de la toile.

Vous travaillez ensuite progressivement du centre vers les coins à l’aide d’une agrafeuse ou de petites punaises tirant la toile au fur et à mesure.

L’astuce consiste à travailler progressivement sur les côtés opposés puis adjacents en ne mettant que quelques punaises à la fois.

Les pinces à étirer sont un kit utile pour l’étirement. Ils se composent de pinces à large face avec une poignée à dents ou une bande de caoutchouc pour saisir la toile. Ils sont utilisés pour tirer la toile autour de la barre de civière, en appliquant une tension, tandis que vous clouez ou agrafez la toile au cadre.

Parfois, les agrafes ou les punaises peuvent être sur le dos si vous voulez voir les côtés de la peinture sans y mettre un cadre extérieur.

Lorsque vous arrivez aux coins, vous pliez soigneusement les coins à l’aide d’un coin Monroe où les deux côtés chevauchent une languette centrale qui n’est pas fixe. La raison en est que si vous souhaitez retendre la toile, le coin doit permettre une certaine expansion de la toile sinon elle se déchirera.

Habituellement, vous devez ensuite encadrer la peinture ou tout au moins appliquer un couvercle anti-poussière d’un panneau de mousse ou d’un autre revêtement. Le revêtement est important à long terme pour empêcher la poussière de s’accumuler sur le dos de la peinture qui à son tour emprisonne l’humidité et finit par moisir.

Vous pouvez ensuite fixer des anneaux en D et du fil pour suspendre la peinture.

Les encadreurs professionnels préfèrent encadrer les toiles afin qu’elles ne soient pas exposées sur les bords. Ils aiment également placer le dispositif de suspension sur le cadre extérieur plutôt que sur la civière, car la suspension de la civière peut provoquer un arc qui provoque alors une ondulation dans la peinture.

J’espère que cet article a mis en lumière les exigences et les techniques à choisir pour étirer vos peintures.

Source by David A Schummy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.